« 66 millions de procureurs » font la « traque incessante de l’erreur ». « Ce n’est pas comme ça qu’on avance », « l’un des problèmes de la France, c’est la défiance » a doctement expliqué Macron jeudi avant de nous enjoindre de « toujours continuer à regarder l’horizon et préparer le lendemain » car « sinon, nous subirons les crises à venir ». Sans blague !

Le problème ce n’est donc pas la soif de profits, une économie qui « traque » de manière compulsive les gains de productivité, qui plonge le monde dans une concurrence généralisée qui fait exploser le chômage. Non, le problème pour les classes dominantes et Macron, c’est que les travailleurs, les jeunes disent leur écœurement face aux mensonges, au prix payé pour assouvir la soif de profits d’une minorité, au chaos qu’elle génère. C’est que la population dénonce l’incapacité du gouvernement à mettre en œuvre la moindre politique sanitaire autre que répressive.

Le scandale est quotidien. Les labos de l’industrie pharmaceutique, incapables de répondre aux besoins, négocient les vaccins au plus offrant dans le grand casino capitaliste. Les pays riches, qui ont précommandé et bloqué des centaines de millions de doses, sont livrés au compte-gouttes. L’immense majorité de la population mondiale, non solvable, n’y a pas accès.

En France, une semaine à peine après leur ouverture, des centres de vaccination ont dû fermer, des RV ont été annulés, la vaccination de soignants interrompue alors même que des clusters se multiplient dans les hôpitaux à nouveau confrontés à une dangereuse augmentation des hospitalisations.

« Nouvel ordre mondial. Vous êtes bon pour Guantanamo. L’amour d’un monde meilleur l’emportera. Vive la liberté », « la solidarité rend la police inutile ». Samedi des dizaines de milliers d’opposants à la loi LSG auxquels s’étaient joints de nombreux jeunes protestant contre l’emprisonnement et les condamnations encourues par 4 raveurs de Lieuron ont manifesté un peu partout dans le pays. L’imposition du couvre-feu à 18 heures offre un contraste saisissant avec la mise au point rapide de plusieurs vaccins qui montre les possibilités gigantesques que représentent les progrès techniques, scientifiques et le travail des chercheurs. Les ratés de la campagne de vaccination sont à mettre au compte de l’incurie du gouvernement qui oscille entre souci des intérêts privés, politique de com et injonctions insupportables et de la défiance que suscitent les grands groupes pharmaceutiques bien connus pour leur rapacité, l’absurdité de la concurrence qui les oppose dans un secteur aussi vital, leur opacité.

Mercredi dernier, la chambre des représentants a adopté par 232 voix pour dont 10 républicains l’article accusant Trump d’« incitation à l’insurrection » alors que 197 républicains l’ont rejeté. Ce vote engage le processus d’empêchement qui ne pourra aboutir, de toute façon, qu’après que Biden ait pris ses fonctions. Et il faudrait 17 dissidents républicains pour obtenir la condamnation de Trump. Ce dernier a réagi, dans son rôle, avec mépris et arrogance : « Ce canular de mise en accusation est la continuation de la plus grande et de la plus vicieuse chasse aux sorcières de l'Histoire de notre pays. Il provoque une colère, une division et une douleur énormes, bien plus que la plupart des gens ne s'en aperçoivent, ce qui est très dangereux pour les États-Unis, surtout en cette période très sensible ».

Le lancement de la campagne de vaccination contre la Covid 19 a été l’occasion, pour le gouvernement, de donner une nouvelle démonstration de son incurie. Commencée le samedi 27 décembre, à peine 500 personnes avaient été vaccinées au cours du week-end qui a suivi, 7000 dans la semaine pour 216 000 en Allemagne… Macron, qu’aucune indignité n’arrête, a tenté de se défausser de ce fiasco en chargeant l’administration des services de santé, prétendant qu’il « ne laissera pas s’installer une lenteur injustifiée ». Véran, lui, y est allé d’un nouveau mot d’ordre : « Amplifier, simplifier, accélérer ». Jeudi 7, lors de la conférence de presse organisée par Castex, il annonçait que 45 000 vaccinations avaient été réalisées au cours des 5 derniers jours et promettait le million pour fin janvier. L’avenir dira ce que sera réellement cette « accélération »...

Il devient de plus en plus évident, même pour les plus « optimistes » défenseurs du système dominant, qu’il n’y aura pas de retour au monde d’avant et que leur monde d’après s’annonce comme une décomposition sociale, sanitaire, démocratique sans autre réponse qu’une politique répressive et policière. Une profonde réaction sociale et idéologique est en route dont les responsables et les acteurs sont les classes dominantes et les États qui les servent. Le processus n’est pas hexagonal, il est global, mondialisé, il est celui de la faillite d’une classe dominante parasitaire, dépassée par l’évolution de la société et la révolte que sa politique engendre.

Les émeutes antiparlementaires de l’extrême droite complotiste, encouragée par Trump, occupant le Capitole au moment de l’enregistrement officiel de l’élection de Biden, en sont une inquiétante manifestation au cœur même de la citadelle capitaliste. Cette tragique mascarade, qui a bénéficié de la passivité complice de la police tétanisée par Trump, est l’expression de la décomposition du capitalisme, de sa faillite, de son échec à représenter l’avenir de la société. Biden au pouvoir continuera, sur le fond, la même politique au service de Wall Street, alimentant les frustrations et les colères auxquelles seul le monde du travail peut offrir une perspective progressiste et démocratique.

Il y a désaccord et désaccord, écrivait Pissarev au sujet du désaccord entre le rêve et la réalité. Mon rêve peut dépasser le cours naturel des événements, ou bien il peut donner un coup de barre dans une direction où le cours naturel des événements ne peut jamais conduire. Dans le premier cas, le rêve ne fait aucun tort ; il peut même soutenir et renforcer l'énergie du travailleur... Rien, dans de tels rêves, ne peut pervertir ou paralyser la force de travail. Bien au contraire. Si l'homme était complètement dépourvu de la faculté de rêver ainsi, s'il ne pouvait de temps à autre devancer le présent et contempler en imagination le tableau entièrement achevé de l’œuvre qui s'ébauche entre ses mains, je ne saurais décidément me représenter quel mobile ferait entreprendre à l'homme et mener à bien de vastes et fatigants travaux dans l'art, la science et la vie pratique... Le désaccord entre le rêve et la réalité n'a rien de nocif, si toutefois l'homme qui rêve croit sérieusement à son rêve, s'il observe attentivement la vie, compare ses observations à ses châteaux en Espagne et, d'une façon générale, travaille consciencieusement à la réalisation de son rêve. Lorsqu'il y a contact entre le rêve et la vie, tout est pour le mieux.” Lénine citant dans Que faire ? Pissarev, homme de lettres, révolutionnaire et nihiliste russe, proche de Tchernychevski, ajoute : « Des rêves de cette sorte, il y en a malheureusement trop peu dans notre mouvement. », critiquant ceux « qui se targuent de leur pondération, de leur “sens” du “concret”. »[1]

En ce début d’année, au moment d’adresser nos vœux de bonheur dans nos luttes et mobilisations à tous nos camarades, ami.e.s et lecteur.rice.s, nous avons aussi envie de dire nos rêves pour les mois à venir, pour ce monde d’après qui va naître de la faillite économique, sociale, écologique, démocratique et politique, de la faillite globale du capitalisme, de nos révoltes et de nos luttes.

La pandémie de la Covid-19 n’est ni une vengeance de la nature ni un complot concocté dans un laboratoire de Wuhan ou d’ailleurs. Elle est la conséquence de l’évolution des rapports entre la société humaine et la nature sous les effets de la course globalisée à la compétitivité, à la croissance des profits, du productivisme. Elle est partie prenante de la crise écologique qui menace la planète, le déclencheur et l’accélérateur d’une débâcle économique jusqu’alors latente et annoncée dont personne n’est en mesure d’anticiper l’ampleur ni les ravages.

Partout, l’égoïsme de classe, les privilèges de la propriété privée capitaliste, des riches ont fragilisé les populations désarmées devant le virus. Ils ont aggravé la situation par leur police sanitaire, leurs injonctions incohérentes, leur panique accentuant le désordre du marché capitaliste.

Il y a cent ans, du 25 au 30 décembre 1920, se tenait le Congrès de Tours qui vit la scission de la social-démocratie et donna naissance au Parti communiste. Cette rupture s’inscrit dans une vague révolutionnaire internationale contre la guerre impérialiste de 14-18 : Octobre 17 en Russie, révolution en Allemagne, en Hongrie, grèves insurrectionnelles en Italie, grèves et mutineries en France et dans de nombreux pays. Le communisme devenait une réalité, à travers une lutte d’émancipation dont s’emparaient des millions de travailleurs.

Avec la dégénérescence contre-révolutionnaire du stalinisme, il est devenu aux yeux du plus grand nombre un synonyme de totalitarisme, dictatures, prisons pour les peuples, utilisé comme repoussoir par les défenseurs du capitalisme…

L’effondrement du « bloc communiste » dans les années 1989-1991 provoqua l’euphorie du capital qui proclame sa victoire, la « fin de l’histoire »… alors que déjà son nouvel ordre mondial se fissurait avec une succession de crises financières et économiques et de nouvelles guerres. Thatcher pouvait bien affirmer dans les années 80 « There is no alternative » pour imposer l’offensive libérale et impérialiste, la deuxième mondialisation ouvrait une période d’instabilité permanente qui allait déboucher sur un renouveau des révoltes : contre-sommets « altermondialistes », mouvement mondial contre la guerre en Irak en 2003 ; et après la crise des années 2007-2008, Occupy Wall Street, Indignados, révolutions dans le monde arabe pour aujourd’hui gagner la planète…

Macron à la Lanterne ! Petite ironie de l’histoire, le donneur de leçon si prompt à dénoncer « l’incivisme » du commun des mortels est non seulement touché à son tour, mais aussi coupable d’avoir contribué à la diffusion du virus en organisant, le 16, un repas qui ne respectait ni le couvre-feu ni la limite des 6 à table…

Parmi la dizaine de convives, Castex qui nous expliquait la veille que, la baisse des cas de contamination étant insuffisante, on ne pouvait supprimer les contrôles sur la circulation qu’au prix de l’instauration d’un couvre-feu général de 20h00 à 6h00, un confinement des familles sous contrôle policier tout aussi pesant sinon plus que les mesures précédentes. Cette mesure ne s’applique bien évidemment pas à celles et ceux qui travaillent et qui continueront à s’entasser dans les transports en commun. Et elle sera levée dans la nuit du 24 mais pas du 31, histoire certainement de ne pas fâcher le petit monde des chrétiens. Quant à la vaccination, elle « sera organisée dès cette fin décembresi les conditions en sont réunies », dixit le premier ministre incapable de masquer qu’il n’a prise sur rien.

Le décalage entre la crise globale du capitalisme, la révolte sociale sourde qui grandit et explose à travers le monde, et le niveau de conscience et d’organisation du monde du travail crée une situation qui oblige à s’interroger sur l’intervention des révolutionnaires, sur la construction du parti… Avec nos faibles forces, et alors que les défaites du passé pèsent, comment aider notre classe à redonner force et crédit au projet dont elle est porteuse, comment renforcer sa conscience qu’elle seule est capable d’ouvrir un autre avenir à la société humaine.

Dans ce contexte, on ne peut que se réjouir que dans le numéro de novembre d’Anticapitaliste, la revue mensuelle du NPA, un dossier soit consacré à cette question fondamentale : « Construire le parti aujourd’hui » qui est en réalité le fond de la discussion stratégique laissée ouverte depuis la fondation de notre organisation. Un débat stratégique qui n’a jamais réellement pu avoir lieu et que les camarades rédacteurs du dossier mènent aujourd’hui d’une bien étrange façon…

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn